Le rêve de voler de Caroline Farly

25 Novembre 2017

Propriétaire de l’École de pilotage Aéro Loisirs, Caroline Farly a l’exceptionnelle opportunité de réaliser jour après jour l’un des plus vieux rêves de l’être humain : voler. À l’aéroport de La Macaza, ses trois avions et un hydravion amphibie accueillent de nombreux visiteurs depuis 1996. Prendre la relève d’Aéro Loisirs, pour en empêcher la fermeture, une ambition devenue réalité grâce à la participation du Centre local de développement d’Antoine-Labelle.

Auparavant installée à Saint-Donat, Aéro Loisirs et son fondateur, Pierre-Étienne de Lamarlière, ont choisi de déménager dans la MRC d’Antoine-Labelle pour bénéficier de plus grands espaces et d’un meilleur rayonnement, pour ainsi mener à terme des projets de développement. En 2010, Caroline Farly, alors professionnelle du travail social, vient à sa rencontre dans le but de compléter ses cours de pilotage. Ses allers-retours dans le grand nord québécois pour le travail lui ont donné la piqûre et influencés sa décision prise plusieurs années plus tard au tournant de sa carrière. C’était décidé, elle deviendrait pilote de brousse.

Le rêve VS la réalité

Son désir de fonder une famille et son choix de carrière lui apparaissent cependant difficiles à concilier. Une maman pilote de brousse, souvent absente de la maison, ne représente pas l’absolu pour Caroline.
M. de Lamarlière, qui songe à la retraite, voit en elle une relève de qualité. En 2010, il lui offre de devenir instructeur de pilotage, ce qu’elle accepte, et, quelques années plus tard, il lui propose 51 % des parts de l’entreprise. Dans un objectif quinquennal, elle deviendrait l’unique exploitante d’Aéro Loisirs. La promotrice est tentée car la chance de combiner ses rêves réside dans cette voie. L’investissement est cependant très grand et Caroline ne dispose pas de tous les fonds nécessaires. De plus, elle doit obtenir certaines nominations du ministère de Transports Canada avant de procéder à l’acquisition de l’entreprise : nominations de chef-instructeur et de chef-pilote, responsable de la maintenance aéronautique. 
Même si de grandes responsabilités attendaient l’entrepreneure, elle n’a pas hésité à sauter dans l’aventure. L’âme et la vision que le fondateur avait données à l’école de pilotage, Caroline était honorée de les perpétuer. 
Du soutien essentiel pour son projet de relève entrepreneuriale

Le programme Soutien au travailleur autonome du CLD d’Antoine-Labelle, en collaboration avec Emploi Québec, a permis à la promotrice de bénéficier d’une année complète de salaire, en plus de prêts sans intérêt de la part de quelques partenaires. Des investissements qui ont permis à la promotrice de voler vers ses rêves et de voir les étoiles s’allumer dans les yeux de ses clients lorsqu’ils réalisent les leurs. 
Par le biais de formations pour devenir pilote de loisirs, pilote privé, pilote professionnel et instructeur de vol, ou encore lorsqu’ils sont attirés par des tours d’avion ou la location d’avion, les clients de Caroline redeviennent tous des enfants heureux et excités de ce qu’ils s’apprêtent à accomplir.

Source : CLD Antoine Labelle


  Retour

Inscription à l'infolettre

Consultez l'Aviateur express